Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 23:30


Je commence par moi, c'est le hasard de l'ordre de William. 

L'avantage c'est que je peux écrire directement mes commentaires
évidemment je ne me souviens ni des récréations, ni du fan club.... mais c'est forcément William qui a raison: 


Christiane LANIER

dite CRICRINETTE, était une charmante camarade à la voix enjouée.
Elle avait beaucoup d’allant et était d'une humeur gaie. Elle plaisait beaucoup aux garçons par sa simplicité toute naturelle et aux filles pour son maintien à une place raisonnable au classement général de la classe.... Elle ne faisait pas d'envieuses.
Pour faire bref, elle était la copine que tout le monde aurait aimé avoir.
Notre CRICRINETTE avait cependant du mordant. Lorsque des garçons venaient taquiner son petit groupe de filles à la récréation, elle n'hésitait pas à les courser pour les faire fuir. Cela était devenu presque un jeu et tout le monde s'en amusait. Voir une jeune fille, au demeurant si charmante, se piquer des colères, était très drôle. Sans oublier le registre de jurons qu'elle ne laissait pas dans sa poche.
Elle faisait partie du petit groupe de filles qui vouait une grande admiration au prof. de musique M. CARRIAU. On dirait aujourd'hui qu'elle serait de son FAN CLUB. Lorsqu'il arrivait à l'école, il les attirait comme des mouches. Elles s'agglutinaient à ses côtés et c'était des "M'sieur CARRIAU ceci, M'sieur CARRIAU cela".
Il est vrai qu'il avait du charme et une élégance peu commune, cet homme avec ses crans dans ses cheveux noirs gominés toujours bien coiffés, sa cigarette brune calée aux coins des lèvres et son étui à violon à la main. La fumée lui piquait les yeux et il grimaçait, mais qu'importe, sa "petite cour" était là. 
Avec lui, c'était toujours un peu la fête. 
La chorale était son bébé et que serait le CERCLE PASTEUR sans sa CHORALE
Un été sans sa FETE DE LA MUSIQUE....
    

CD-2005.jpg

Michel BREUILLER
  

Avec son visage rond piqué de taches de rousseur, avait la vraie bouille du potache. Mathématicien dans l'âme, il faisait d'un trait tous les exercices que nous donnait M. MORIZET, y compris ceux qui étaient facultatifs. 
Sa préférence allait aux mathématiques, ce qui n'était pas du goût de Mme VASSORT qui avait le sentiment que beaucoup d'élèves délaissaient un peu le français au profit des maths. M. MORIZET nous surchargeait de devoirs et le français en faisait les frais. Combien de fois Mme VASSORT a dit à M. MORIZET : "Ils sont trop petits pour choisir." 
Mais M. MORIZET gardait son cap... (que dis-je, sa péninsule - Cyrano de Bergerac). Lorsque Michel disait sa récitation devant la classe toute ouie, il portait sa main à la bouche et toussotait dès qu'il sentait poindre le trou de mémoire. Un Hum! Hum! légèrement enroué lui donnait le temps de la réflexion pour repartir cahin-caha à la reconquête des vers.
Il était un portraitiste talentueux qui ne manquait jamais de dévoiler ses œuvres à ses camarades, pendant les récréations. Ses modèles, des vedettes de la chanson qu'il piquait dans SALUT LES COPAINS, bible incontournable des garçons et des filles des années YEYE. Bible qui rivalisait avec une autre bible tout autant célèbre, mais moins plébiscitée par les élèves, le fameux BLED qui faisait les délices de Mme VASSORT.
A la course à pied, il égalait les chrono de Jacques MARTIN et de Michel BARAGLIA.
Autant dire qu'il ne s'est jamais frotté au Beau Gosse. Mais qu'importe, Michel avait emboîté une foulée sûre, celle de M. MORIZET, qui lui ouvrait une Voie Royale. 
Alain DEDOURS était son vrai pote. Plus tard, les évènements de Mai 68 terniront, hélas, cette vieille relation.
Michel était fan d'une jeune vedette de l'époque : Claude NOUGARO, dont il collectionnait les disques.
Sa maman, qui travaillait "au coin de Paris" rue Dorée, me donnait de ses nouvelles et je l'informais de ma jeune carrière chez M. GUEGUEN, Géomètre à
Montargis.




Danièle GUILTAT.

La pauvre, elle n'y voyait rien. Elle portait des lunettes et sa jolie frimousse en était affectée. Mais lorsqu'elle les retirait, on découvrait alors son vrai visage. Un visage pâle et doux à croquer sous des cheveux bouclés. Danièle était d'un naturel réservé et portait toujours de belles blouses bleues. 
Comme Claudine ROUSSEAU, elle était une Alice au Pays de PASTEUR.
Un jour, alors qu'un bouton de ma blouse s'était détaché, elle s'approcha de moi et le reboutonna en m'esquissant un doux sourire. Ce geste, au demeurant si banal, m'avait séduit.
Elle était très près de moi. Nous étions presque visage contre visage et je sentais le souffle de sa respiration sur ma joue. En une fraction de seconde j'ai découvert, non seulement une charmante camarade, mais en plus, une toute jeune demoiselle ravissante, pleine de bonté et d'égards envers son camarade de classe. Et que dire de mon cœur?... II battait la chamade, bien sûr. Alors! Elle n'est pas belle la vie ? 
Danièle aura oublié cet instant magique mais pour ma part il restera gravé dans ma mémoire. Inutile de dire pour longtemps, c'est déjà fait. 
Francette PETAT était une de ses meilleures copines de classe. Elles étaient souvent assises à la même table, de préférence sur le devant, pour mieux participer aux cours. Lorsque l'on est sérieux on choisit les meilleures places, et là c'était le cas pour ces deux élèves.

 undefined


Françoise POTTIER   

- son défaut principal : n’a jamais laissé quelqu’un passer devant elle.
- sa qualité principale : voir défaut. 
Françoise était la fille à battre. Elle était l’éternelle première
Nous avons enduré l’excellence de son travail pendant quatre longues et interminables années. Inutile d’en rajouter. 
Le dernier de la classe laissait bien volontiers sa place à un autre, alors pourquoi elle, ne l’a-t-elle pas fait, ne serait-ce qu’une fois ? Cela aurait permis à notre seconde en titre, la courageuse et frêle Christiane VIGNOLES de prendre la première place. 
Mme VASSORT avait une lourde responsabilité dans tout cela. Mettre un 18/20 plutôt qu’un 19/20 à Françoise, n’aurait pas changé le cours de l’histoire. Pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? 
La première place se jouait parfois, à un point près, au classement général. Alors ce petit point n’aurait pas bouleversé la physionomie de la classe, mais voir Françoise POTTIER seconde et Christiane VIGNOLES première, quelle histoire ! On en parlerait encore aujourd’hui dans les chaumières ! 
Lors de la lecture du classement, c’était toujours la même rengaine. Françoise - première, Christiane - seconde, sans parler des trois ou quatre autres filles qui se bataillaient derrière elles à longueurs d’années. 
Et les garçons dans tout cela ? Seules les cinq ou sixième place leurs étaient attribuées. Quelle honte! 
Heureusement notre excellent Alain DEDOURS était là. Avec sa désinvolture naturelle, il donnait le meilleur de lui-même pour limiter les dégâts. Il arrivait tout juste à conquérir la cinquième place, si ce n’était pas la sixième, voire la septième dans le pire des cas. 
Quant à TRICOT et BEZILLE, ils n’avaient qu’à se secouer un peu plus les méninges, plutôt que d’agiter le ballon à la récréation. Et le beau gosse, déjà cité, qu’attendait-il pour faire du charme à Mme VASSORT ? Trois ou quatre sourires de plus par jour n’auraient en rien altéré son physique d’APOLLON en herbe! Quand on a une gueule comme ça, on en joue, ne serait-ce que pour gagner quelques points et sauver l’honneur des garçons au classement général ! 
Sacrée Françoise, on peut dire que tu nous en as gâché des années avec l’excellence de ton travail. Et ce n’était pas la présence de chiens retombants sur ton large front qui t’autorisait à être chienne envers
tes petits camarades ! 
Tu étais super bonne en tout, même dans les disciplines extrêmes, gymnastique et musique. 
J’espère qu’aujourd’hui tu possèdes toujours un super bon sens de l’humour, sinon je m’attends aux pires représailles. 
Un de tes malheureux poursuivants classé à la 17ème place. (Comme tu le vois, tu n’avais rien à craindre de moi, sinon ma plume aujourd’hui).
 



Michel BARAGLIA
 
,

également appelé Michel BARAILLA par l’expert en linguistique M.MARCANTONI, était le colosse de la classe. Ce garçon au caractère très doux enroulait parfois de son bras l’épaule de son petit camarade lors d’une conversation, geste révélateur de protection du fort envers le faible. 
Les mots lui sortaient de la bouche en rafales et les syllabes se bousculaient au portillon. 
Michel était nul en gymnastique. Il battait cependant MARTIN à la course. 
Un jour il resta paralysé de vertige sur l’échelle horizontale de la salle de gym. Le prof, M. ROTH, eut toutes les peines du monde à le faire descendre. Ah ! si Danièle MENARD ou Brigitte LECLERC avaient eu le vertige à sa place, la tâche aurait été moins rude ! Au grimper de corde, il n’a jamais réussi à s’élever plus haut que sa propre hauteur. Il décollait les pieds du sol et gesticulait les jambes en pouffant et suant à grosses gouttes. Les bras tendus au-dessus de la tête, il tentait, par des coups de reins maladroits, de gagner quelques centimètres sur l’insurmontable verticalité. Cet exercice périlleux lui échauffait les oreilles, autant à lui d’ailleurs qu’à M.ROTH, qui commençait à s’impatienter sérieusement devant les élucubrations laborieuses de cet élève qui s’agitait comme un ver coupé à hauteur de ses yeux. Après quelques vaines tentatives et tournoiements dans le vide, il posait les pieds à terre dans un état de totale décomposition. Sa technique avait cependant du bon, car d’année en année il améliorait de quelques centimètres ses propres performances. Regain de force dans les bras ? Non, tout juste la résultante de sa propre croissance. Alors, à quoi bon se fatiguer !... 
Michel faisait partie d’un petit groupe d’élèves qui rentrait le soir ensemble après les cours. De la passerelle, qui enjambait le canal, au boulevard des Belles Manières, il a connu des moments de franche rigolade avec Anne-Marie GANNAT, Christian COURSIER, Claude BEZILLE et William CREFF
Se souvient-il de cette femme à bicyclette que nous croisions tous les jours et qui avait une énorme poitrine? Christian et Claude l’avaient surnommée "la Mé MABOEUF", ce qui faisait se tordre de rire la pauvre Anne Marie, qui parfois, reconnaissait en avoir pisser dans sa culotte.




Jacques MARTIN

était un garçon attachant à l'allure débonnaire. 
Sa voie était douce, jamais de hausse de ton, jamais de colère. Jacques était un excellent camarade, d'une extrême gentillesse. Contrairement à Françoise POTTIER, il laissait volontiers sa place à un autre élève.
La gymnastique n'était pas sa tasse de thé et il s'en serait bien passé. A la course, il se classait derrière Michel BARAGLIA qui était loin derrière les filles qui couraient après l'athlète situé sur la rangée du haut en 7ème position à partir de la gauche, sur la photo de classe de 6ème, année 1959. 
Il n'était pas dans les meilleurs mais faisait cependant partie de l'élite qui avait été choisie pour composer la première classe de 6ème du Cours Complémentaire avec M. BOURGON pour les mathématiques et la géographie et la toute jeune Mlle LACOUME pour le français et les autres matières. 
Jacques et moi avions essuyé nos culottes sur les bancs de la communale à Pasteur. Nous avons fait un bon bout de chemin ensemble sans jamais l'ombre d'une dispute. 
Son père, coiffeur, fou des courses, n'aurait jamais misé sur son propre fils. Nous parlons de tiercé bien sûr. Rien à voir avec la course où excellait Jean-Yves TRICOT
Lorsque je rentrais dans le salon de coiffure, Faubourg d'Orléans, sa maman m'accueillait toujours avec une grande gentillesse.




Christian COURSIER
  

 Christian
était très fort en Physique-Chimie. C'était sa matière préférée. 
Il était un hyper nerveux super original, à la brosse toujours impeccable. Monique BIKIALO le taquinait en le surnommant KIKI. Ce sobriquet l'agaçait. Il le trouvait ridicule, ce qui n'empêchait pas Monique de lui en remettre une deuxième couche à la moindre occasion.. 
Ses fous rires, sur le chemin de l'école, le stoppaient net. Il plantait alors son sac à terre pour mieux se libérer de ses contractions musculaires. Demandez donc à Anne-Marie GANNAT si elle s'en souvient? Il lui fallait bien trente secondes avant de redécoller et Claude BEZILLE de lui dire et redire : "allez, on y va maintenant!". 
Sa rédaction, façon PREVERT, sur le thème "le silence", fut lue par tous les profs. Mme VASSORT était dans l'embarras. Comment noter un tel devoir? Les mots, les verbes, les adjectifs étaient jetés sur le papier sans construction logique. Tout y était pêle-mêle. 
Christian dessinait des fleurs en pot de façon très stylisée avec une grande maîtrise. Son graphisme était très original et traduisait une grande modernité. J'étais très personnellement admiratif de son talent.  
S'il avait persisté dans son art de l'écriture et du dessin avant-gardiste, où en serait-il aujourd'hui? Il avait un don inné pour les langues. Il parlait couramment le stroumf et s'essayait à l'anglais avec la très british Mme BRUNET
Ses lectures préférées étaient les minilivres (3cm/4cm) qu'il découpait dans des bandes dessinées. Se souvient-il de "l'étrange aventure de Célestin Bouchamiel" qui le faisait se tordre de rire ?





Nouvelle édition de portraits faits par William


Je vous promets
de ne plus me tromper de touches et supprimer les articles à nouveau publiés, 
Trop d'ambition nuit, je pensais être, comme nos jeunes, capable d'utiliser ces nouveaux outils.

Promis: je vais demander un stage de formation.  

A+.CD 

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
De passage à Villemandeur le samedi 4 août, j'ai trouvé (par hasard) l'article de l'Eclaireur mentionnant 'l'avis de recherche". Sympa, l'idée !Je me suis reconnue sur la photo de 6eD (1962-63).Je suis la 3e à partir de la G sur le rang du milieu.Je me souviens de quelques noms. Ma voisine (4e en partant de la G, sur le rang du milieu) Monique Anicet ; 2e à partir de la G sur le rang supérieur Michel Poisson. Son voisin de G  (X) Grolleau. Il y avait aussi Alain Parquet que je pense être le 3e à partir de la G sur le rang du bas.Je suis restée 4 années au CEG Pasteur : 62-63 (6èD), 63-64 (5èA), 64-65 (4èA) et 65-66 (3èA).Quelques uns de mes profs : Mme Vassort (Français), Mr Labrette (Physique-Chimie, Instruction civique), Mr Marcantoni (Anglais pdt 3 ans), Mme brunet (Anglais pdt 1 an), Mme Morizet (Sciences Nat.), Mme Marcantoni (couture).Beaucoup d'entre eux ont assisté à la messe de mon 1er mariage en 1973.En juin 1966, j'ai réussi le concours d'entrée à l'Ecole Normale d'Institutrices d'Orléans. J'y suis restée de septembre 1966 à juin 1971.J'ai exercé un an à la Chapelle sur Aveyron, un an à Lorris puis j'ai changé de département (Indre et Loire). Je n'exerce plus depuis 1982.Divorcée en 1989, je me suis remariée en 1992.J'ai 2 enfants de mon 1er mariage (une fille de 29 ans qui m'a rendue grand-mère de Baptiste, 11 mois) et un fils de 23 ans.D'autres noms me reviennent en vrac : Eric Emptaz (journaliste à Paris), Gérald Rolland (entrepreneur BTP à Montargis), Sylvie Sabier (tous les 3 avec moi en 3èA en 65-66), Michel Fritz, Eric Joseph, Michel Joubert...Si d'autres noms me revenaient en mémoire, je les transmettrais.J'envoie un email à Christiane Daire avec une photo actuelle de moi.J'aurai plaisir à participer aux retrouvailles des anciens du CEG Pasteur en septembre 2009...
Répondre
A
Je profite du PC d'une collégue pour te réponde ,cala m'a vraiment fait plaisir  que tu nous retrouves ,si je peux t'aider je le ferai ,je te donne mon adresse postale.Je t'embrasse AmMr et Mme Taillepied  Jean Claude34,avenue des chasses14480 BanvilleTel: 02 31 96 97 31
Répondre

Articles Récents

  • ATTENTION risque modif notre blog redeviendrait ceg-pasteur-montargis.over-blog.com
    Crée en 2007, en 2008 ou 9, j'ai été obligée de payer un abonnement car (à cette époque) les informations étaient trop lourdes pour rester en overblog gratuit. Depuis ?? + de 15 ans, je payais chaque année et nous restions ceg-pasteur-montargis.com Cette...
  • Qui a connu Suzanne HAMEL primaire à Gambetta dans les années 50 ?
    Notre blog qui était en demi-sommeil, va, je l'espère, se reveiller Voici le message que j'ai reçu récemment: "Bonjour, Je me permets de vous contacter car en faisant des recherches sur Montargis, je suis tombé par hasard sur votre blog et qu'elle ne...
  • NOS MATERNELLES... LONGTEMPS AVANT le CEG
    Je viens de découvrir que l'historique qui avait été publié par Régis LIGER en 2007 ou 08 avait disparu..ou était difficilement retrouvable. Je vais essayer de remettre ces photos en précisant les années de naissance (ex n48)...des erreurs surement merci...
  • INCROYABLE article de 1962 saluant l'arrivée du nouveau Directeur M.Gilbert LABRETTE
    Je n'arrive pas à y croire Daniel DUCOIN (Pasteur 63-68) m'envoie une coupure du quotidien République du Centre du 13 septembre 1962. Je publie sans tarder. Je vais photocopier cet article pour le remettre à Sylvie (LABRETTE) lors de mon prochain séjour...
  • MONTARGIS VU PAR LORANT DEUTSCH
    Mille mercis à une ancienne du lycée en foret (qui a fait l'ouverture du lycée en 60). Elle vient de me faire parvenir un mail qu'elle a reçu de l'Office du Tourisme de Montargis. Madame, Monsieur, Suite à la visite de Lorànt DEUTSCH pour le tournage...
  • NOUVEAU MIRACLE: Chantal QUETIER (60-64) recherchée depuis 2007
    INCROYABLE: Mon téléphone portable qui joue des tours...quelques jours après, je découvre des messages sur le répondeur...je rappelle...mais tellement heureuse d'entendre une voix qui m'évoque immédiatement un visage...je ne pense pas à demander le n°...
  • Plaque à la mémoire de Mme Vassort
    Comme vous le savez, Mme VASSORT (Mle LACOUME, pour nous les plus anciens) est décédée en fin d'année pendant le confinement. Elle est enterrée au cimetière de Villemandeur, dans le carré nord. L'amicale du CEG Pasteur qui avait été constituée en 2009...
  • 1938 classe de CE2 ou CM1 à Pasteur (avec 1 mise à jour)
    Voici une photo qui vient de m'être envoyée. Elle est extraite du site copainsdavant. Je crois qu'il y a de multiples erreurs: -annoncé Pasteur: faux c'est Genebrier -annoncé 1938 impossible ? Genébrier a été construit après guerre possible 1948??...ou...
  • Aidez-moi à répondre à un commentaire mis sous un des articles "anciens quartiers de la Sirène"
    Préambule: Je l'ai souvent écrit : merci de ne pas mettre de commentaire sous des articles publiés car les articles s'empilent et qui va relire d'anciennes publications ? De plus, ce quartier de la Sirène a fait l'objet de plusieurs articles courant 2020...et...
  • Actualité de "nos enfants": Deborah CREFF publie son 1er ouvrage
    "Du bonheur au fil des Saisons" Quel beau titre en ces périodes moroses!. Voici le 1er ouvrage publié par Déborah CREFF . Fille de "notre" William (ceg 59-63) Nos enfants sont tous adultes...depuis longtemps... ****************************************...